Se ressourcer au jardin botanique de la villa Thuret

Le jardin botanique de la villa Thuret est un grand jardin de cinq hectares situé au cap d’Antibles. C’est l’endroit idéal pour comprendre comment depuis le XIX° siècle les études sur les plantes du climat méditerranéen ont pu façonner les paysages que nous connaissons aujourd’hui.

La villa porte le nom de l’algologue Gustave Thuret qui lors d’une cure dans la région, tomba amoureux du cap d’Antibes. Il acheta alors plusieurs parcelles sur lesquelles il commença à élaborer son jardin avec l’aide de son collègue et ami Joseph Decaisne, botaniste au Muséum National d’Histoire Naturelle.

Buste de Gustave Thuret dans le jardin botanique de la villa
Buste de Gustave Thuret dans le jardin de la villa

De la collection du botaniste à l’agrément de nos jardins

Le jardin fut conçu, dès le départ, comme un laboratoire de recherche. Il s’agissait d’introduire des espèces exotiques et de voir comment elles s’adaptaient à notre région. C’est pour cela que l’on parle également de « jardin d’acclimatation » ou plus précisément « d’accommodation » en ce qui concerne la villa Thuret.

Ainsi il n’y a que très peu d’entretien afin de voir ce que la plante donne naturellement, sans intervention. Il n’y a pas de taille – en dehors des tailles de sécurisation – ou d’arrosage par exemple. Quant au sol, il est couvert non de pelouses mais de prairies qui fleurissent au printemps et sèchent en été.

Exemple de palmier non taillé au jardin de la villa Thuret

Aujourd’hui la villa, son laboratoire de recherches et ses collections (jardin, bibliothèque et herbier) sont gérés par l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement (INRAE).

L’herbier Gustave Thuret

Les recherches menées à la villa Thuret participent ainsi à trouver des solutions pour un aménagement durable des villes. Les espèces qui serviront à l’ornementation de nos rues et de nos ronds-points doivent en effet être très résistantes. Elles doivent savoir faire face à la sécheresse estivale et au stress de la pollution urbaine. Vous pourrez remarquer que certains arbres sont ceinturés: il s’agit là d’un dispositif qui surveille leur croissance et leur état général.

Dispositif pour surveiller l’état des arbres

Le travail remarquable qui est mené à la villa Thuret a permis l’obtention de nombreux labels: « Jardin remarquable », « Arbre remarquable » et même « Maisons des Illustres ».

Entrée villa Thuret et labels

Quelques curiosités incontournables

Les espèces que l’on peut observer au jardin viennent de de tous les continents. Certaines de ces plantes se sont tellement bien acclimatées qu’elles sont même devenues les symboles de notre région. C’est le cas notamment du mimosa et des eucalyptus dont on peut apercevoir des spécimens majestueux en se promenant.

Eucalyptus villa Thuret, arbre remarquable
Eucalyptus dorrigoensis, l’arbre le plus grand du jardin

Certains spécimens atteignent des tailles exceptionnelles comme le cyprès de Monterey où courent parfois quelques écureuils.

Cyprès de Monterey Villa Thuret
Cupressus macrocarpa ou cyprès de Monterey (Californie)
Arbousier des Canaries Villa Thuret
Arbousier des Canaries à l’écorce rouge

C’est un vrai bonheur que de déambuler dans les allées. On ne peut être qu’émerveillé face à la richesse, la complexité et même l’intelligence du monde végétal.

Savez-vous par exemple ce qu’est « la timidité des cimes »? Non? Alors placez-vous sous la pinède qui se situe à la droite de l’entrée. Levez maintenant les yeux vers le sommet de ces grands pins parasols et observez. Vous verrez alors des trouées dans le ciel, comme des petits chemins. En fait, chaque arbre a conscience de ses voisins et chacun ménage un espace pour que leurs branches ne se touchent pas. C’est ce que vous pouvez voir dans la photo d’en-tête de cet article. Les arbres communiquent donc entre eux. Comment le font-ils? Je suis loin d’avoir les compétences de Gustave Thuret ou de l’INRAE pour vous l’expliquer! Je peux néanmoins vous recommander cet article très complet sur France Culture.

Comment s’y rendre?

De pôle d’échanges d’Antibes il faut prendre la ligne 2 sur le quai numéro 8. L’arrêt qui se situe à côté de la villa Thuret est l’arrêt « Chemin de la Salis ».

Un dépliant vous permettant de repérer les arbres remarquables disséminés dans le jardin est disponible en cliquant ici. Il est également distribué à l’entrée en version papier.

Et pour en savoir plus sur l’histoire de Gustave Thuret et sa villa je vous recommande la vidéo ci-dessous.

Et si vous profitiez de votre passage à la villa Thuret pour visiter la vieille ville d’Antibes et son port? Ne manquez pas alors d’aller admirer Le Nomade de Jaume Plensa au Bastion Saint Jaume.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.